2.3. Boîtes en métal

Boîtes en métal

Gifts-custopolis.com commercialise des boîtes en métal dont le couvercle peut être personnalisé grâce à une photo de vos enfants, une photo de voyage ou à l’aide de labels dédiés à la Saint-Valentin, à la fête des mères, des pères ou tout autres labels dédiés à divers événements. 

a) Les boîtes en métal blanc

 

Qui n’a jamais utilisé une boite en fer-blanc ? Je suis certain que dans les armoires de chaque citoyen se trouvent des boîtes en fer-blanc. Et qui sait combien de boîtes en fer-blanc il y a dans son studio, son appartement, sa maison ou même son château ? Je pense que peu de monde a fait une comptabilisation de chaque boîte en métal. On en trouve de tous les genres et de toutes les utilités : pour conserver de vieux souvenirs, photos, porte-clés etc., boîtes en métal pour conserver les biscuits, boîtes à bonbons en métal, boîtes à pilules, les boîtes à mille et un usage pour conserver mille et une chose…

Ces boîtes sont en général décorées soit avec un logo ou une image et servent de publicité marketing pour les entreprises. De plus, il en existe de différentes formes et tailles ; carré, rectangulaire, rondes. Mais combien de personnes en connaissent l’origine?

 

b) La conservation des aliments et des liquides

 

Depuis la préhistoire, les humains ont pris conscience qu’il était très difficile de conserver à long terme des aliments et surtout de garder frais dans les meilleures conditions. Donc le chasseur de la préhistoire devait s’empiffrer de viande, car comme chacun sait, la viande ne se conserve que sur un très court terme et qu’il était parfois difficile d’ingurgiter tous les produits de la chasse. Mais après avoir remarqué que leur alimentation s’abîmait rapidement quand elle était dans du liquide (sang, jus, etc.), ils ont décidé de sécher et de saler leurs poissons et viandes et de sécher les fruits (raisins, dattes…). Nombreux sont les groupes qui ont développé des techniques artisanales pour améliorer la conservation des aliments. 

 

c) Les solutions de conservation

 

Pour conserver et stocker certains liquides, vin, boissons diverses obtenues après distillation ou fermentation et donc qui contiennent de l’alcool, la découverte et le développement de la céramique a été une avancée majeure. Ce qui a permis la conservation dans des contenants en céramique hermétiquement fermés. Ces contenants bien fermés étaient des récipients indispensables pour favoriser leur conservation.

Une autre solution de conservation que les êtres humains ont utilisée plusieurs milliers d’années avant J.C. était le froid ou la lyophilisation. Lyophilisation qui consiste à congeler l’aliment puis à le déshydrater pour en retirer le liquide.

Chaque époque a apporté des progrès pour la conservation des aliments et des liquides.

Les Romains ont introduit la saumure et le vinaigre comme conservateur ce qui a donné la marinade. Ensuite, sont venus le chlorure de sodium et l’acide acétique qui ont été les premiers additifs alimentaires conservateurs de l’humanité. Après cela, les acides benzoïques et sorbiques, conservateur naturel et présents dans certaines épices, cannelle, clou de girofle ont favorisé les voyages de Marco Polo notamment.

Au moyen-âge, on a ajouté le tabac, également un additif conservateur, mais également l’aldéhyde formique que l’on retrouve dans la fumée de bois ce qui a permis la fumaison de nombreux aliments.

 

d) Histoire du fer-blanc

 

Selon Wikipédia : “L’invention du fer-blanc remonte au XIII siècle ; elle est attribuée aux métallurgistes de Bohême et de Saxe. Le secret de sa fabrication fut longtemps et précieusement conservé. À la demande de Colbert, ce matériau a été importé en France par des techniciens allemands. La première manufacture de fer-blanc en France est fondée en 1665 à Beaumont-la-Ferrière dans la Nièvre. D’autres s’installent en Franche-Comté, en Alsace ou en Normandie. Mais elles périclitent bientôt sous la concurrence des Anglais et des Gallois qui sont passés maîtres dans l’art de la fabrication du fer-blanc. La production du fer-blanc reste l’apanage de la Grande-Bretagne qui fournit la totalité de la demande française jusqu’aux dernières années du XIXe siècle.

“La production se faisait à l’origine feuille à feuille, par un trempé dans l’étain en fusion après un décapage minutieux. Le procédé moderne d’étamage se fait par électrolyse sur une bande d’acier qui défile à grande vitesse. Cette bande, à étamer sert de cathode, l’anode est constituée par des barres d’étain pur, qui alimentent l’électrolyte en ions Sn2+. L’électrolyte est composé d’acide 4-hydroxy benzènesulfonique (HO-C6H4-SO3H) et de divers produits d’addition. L’épaisseur d’étain déposé est fonction de l’agressivité du contenu prévu (par exemple, l’acidité d’une choucroute est plus contraignante qu’un lait maternisé en poudre.). Cet alliage « sandwich » d’acier et d’étain présente une bonne dureté et garantit une grande résistance à la corrosion. C’est un alliage non-toxique, c’est pourquoi il est utilisé massivement dans le conditionnement alimentaire.” 

 

e) En 1764, au Royaume uni,

on a commencé à adopter des boîtes métalliques pour contenir le tabac reniflé par les Anglais les plus riches. On peut estimer que ce sont les premiers contenants, emballage de l’époque moderne à conserver des produits.

La fabrication industrielle a commencé en Angleterre (dans le sud du Pays de Galles) au début du 18e siècle, les principales contributions était le laminage (diminuer, réduire l’épaisseur) mécanique de l’acier et son décapage. Technique qui s’est répandue en Europe et en Amérique. Les techniques se sont améliorées au fur et à mesure et jusqu’à nos jours pour aboutir à différentes compositions telles que l’aluminium, le cuivre, etc.

Étape après étape de nombreux problèmes résolus et les technologies d’emballage alimentaire ont été maîtrisées ce qui a provoqué de nombreux progrès.

On peut affirmer dès lors que plusieurs objectifs ont été atteints :

  • la conservation des aliments et boissons périssables
  • l’emballage en période d’abondance
  •  le transport plus commode des aliments vers des destinations lointaines
  •  les problèmes de saisonnalité
  •  la conservation et l’usage domestique
  •  la garantie de la qualité des aliments et des liquides
  •  mais également économies des coûts

f) Usage divers du fer-blanc

 

“Des ouvriers ou artisans fabriquant des ustensiles de ménage ou de jardinage en acier galvanisé, profession pratiquement disparue, sont aussi appelés ferblantier (Le ferblantier est celui qui fabrique ou qui vend des outils ou ustensiles en fer-blanc souvent ménagers tels que les casseroles, bassines, assiettes, lanternes. Il s’agit d’objets en fer recouvert d’une fine couche d’étain.) ainsi que des ouvriers et artisans couvreurs-zingueurs, posant et façonnant des ouvrages de toiture en acier galvanisé ou dans un autre métal (zinc, cuivre…). Ce terme est davantage utilisé en Suisse et dans certaines régions françaises comme la Savoie ou l’Alsace.”

C’est au début du XVIII siècle que les boîtes en métal sont apparues. C’est grâce à l’industrialisation que la commercialisation de boîtes en fer en grande quantité a pu se développer. Auparavant, les contenants étaient en tissu, en carton ou en bois.

g) Emboutissage

 

L’emboutissage est une technique de fabrication et de modification, à partir d’une feuille de tôle (morceau de métal obtenu par laminage) plane et mince, d’objet dont la forme n’est pas développable à partir d’un moule (Ex : une carrosserie de voiture d’un seul tenant).

La matière brute qui n’a pas encore été emboutie  est appelée Becker. L’emboutissage est une technique très utilisée dans l’électroménager.

L’emboutissage est une technique de déformation “plastique” du matériau : allongement ou un restreint local de la tôle pour obtenir la forme désirée.

L’emboutissage se pratique grâce à des presses très puissantes.

 

h) Récupération et recyclage

 

Dans les années 1900, les ménages faisaient déjà de la récupération bien avant la bien-pensante durabilité actuelle. Ces boîtes en fer trouvaient de nouvelles utilités lorsqu’elles étaient vides. Une boîte à biscuits ou à bonbons devenait une boîte à sucre pour mettre sur la table, ou une boîte à pilules. Ces boîtes en métal blanc favorisent la conservation des aliments, car ils étaient à l’abri du soleil de la lumière ce qui était beaucoup mieux comme type de conservation que dans une boîte en carton ou en bois, boîtes qui pouvaient être attaquées par des rats, souris ou tout autres bestioles dans les armoires des ménagères. Entre 1950 et 1980, le marché des boîtes en plastique s’est développé notamment avec une des marques les plus connues comme Tupperware qui a réalisé des boîtes pour toutes sortes d’usages et qui dans certaines circonstances sont plus adaptées que les boîtes en métal blanc : au frigidaire, au surgélateur, dans le four à micro-onde, etc. Les boîtes en métal sont moins utilisées, mais sont bien souvent plus sympathiques, plus décoratives que les boîtes en plastique. Comme beaucoup de monde, nous avons gardé des boîtes en métal et notamment la boîte en métal d’un des premiers GSM le Nokia 3310, etc. Une boîte décorée par l’opérateur qui l’a vendu ! 

 

i) Collectionneurs

 

Certains font des collections de boîtes en métal en fer et en fer-blanc, on appelle cela de la boxoferrophilie. Il existe d’ailleurs des musées en Belgique le musée de la boîte lithographiée à Grand-Hallet, entité de Hannut entre Bruxelles et Liège.

Madame Yvette Dardenne, buxidaferrophile de son état (collectionneuse de boîtes métalliques, a dans sa collection 60.000 boîtes en métal mais cette dame a commencé sa collection il y a 30 ans… On peut d’ailleurs lui téléphoner pour visiter son extraordinaire musée de boîtes en métal, sur rendez-vous ! Musée qui offre un voyage dans le temps et dans les souvenirs. Vous y retrouverez la plupart des types de boîtes en métal ; boîte en métal pour des jouets, des caramels, du cacao, du café, etc.

Ce musée abrite un imposant patrimoine de l’histoire, un fabuleux trésor pour les modèles, les sujets, les formats divers et variés et pour l’usage auquel nos aïeux avaient destiné ces boîtes en métal blanc du 19e siècle à aujourd’hui.

La propriétaire de ces trésors est souvent quémandée pour des expositions aux quatre coins de la terre.

PS : au Québec, le métier de ferblantier consiste surtout à préparer, fabriquer et installer des conduits de ventilation en tôle galvanisée.

Bibliographie

Le fer blanc: 

Wikipedia:  https://fr.wikipedia.org/wiki/Fer-blanc

– Boxoferrophilie:

Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Boxoferrophilie

Musée de la boîte en métal: 

https://www.rtbf.be/article/le-musee-de-la-boite-en-fer-blanc-lithographiee-a-grand-hallet-ou-lhistoire-dune-passion-10905978

– Histoire de l’emballage métallique

https://mundolatas.com/fr/lhistoire-des-emballages-metalliques-origines-de-la-premiere-partie/

– L’emboutissage 

Wikipedia= https://fr.wikipedia.org/wiki/Emboutissage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.