2.2. Boîte à bijoux

Boîte à bijoux

 L’objet que nous vous proposons est en faux cuir d’une forme rectangulaire pour échapper à la standardisation des boîtes à bijoux, “Made in China” . Vous avez la possibilité de trouver des décors pour pratiquement tous les événements imaginables : fête des mères, Saint-Valentin, anniversaires, et ou bien sûr, nous pouvons appliquer votre photo sur le couvercle de cette boîte à bijoux. Il suffit de choisir la boîte à bijoux avec le décor souhaité sur Gifts-custopolis.com.

 

 

 

a)  Les bijoux dans un coffre-fort de banque ?

 

Tout bijou, brillant, collier, broche, bague, diamant, perle et toute bijouterie prestigieuse ou non, méritent beaucoup de soins de délicatesses, de précaution

Évidemment, nous pourrions mettre nos trésors dans un coffre à la banque, mais alors nous ne pourrions plus en jouir quotidiennement ni les contempler quand nous en avons envie. Donc un écrin, un coffret sont selon moi les meilleures solutions, pour accueillir et préserver ces ornements divers, de plus ces contenants sont dédiés à cette fonction. Il serait vraiment dommage et peu valorisant de ranger ces “précieux”, comme disait Gollum dans le Seigneur des Anneaux, dans n’importe quoi : comme une simple boîte en carton, un bas en laine, ou même un sac en plastique. Des boîtes à bijoux, il en existe de multiples modèles, de factures et matières très différentes : du modèle en or massif, en bronze doré ou en verre et ces contenants peuvent également avoir de multiples formes. Selon la prestigieuse maison Drouot, certaines boîtes à bijoux remontent au temps des prêtres de l’Egypte antique qui les auraient façonnées dans le but d’y recueillir les objets du culte.

b)  Parfaitement à l’abri de l’humidité

 

D’autres y voient aussi la marque des templiers ou et des francs-maçons qui utilisaient ces contenants pour dissimuler : compas, maillet, petite truelle, croix et cordons. “En tout état de cause, l’existence des coffres à bijoux est clairement attestée dès la Rome antique où, dans les familles, la femme était dépositaire du cachet particulier de la maison qui servait à sceller les écrins renfermant les objets précieux. En effet, comme le rappelle un Manuel des dames de 1833, les pierres précieuses et les bijoux en or doivent être parfaitement à l’abri de l’humidité et préservés de tout contact crasseux ou graisseux : « Il convient de les frotter de temps en temps avec un morceau de peau blanche ou de peau chamoisée » puis de les placer dans la « boîte aux bijoux ». Un écrin est à l’origine un mot dérivé du latin : “Crines” ce qui veut dire “cheveux” et contribuait à conserver des souvenirs façonnés en cheveux. Plus tard, l’affectation des écrins s’est élargie pour accueillir l’ensemble des accessoires utiles et nécessaires à l’embellissement de la tête : boucles d’oreilles, colliers et peignes. De nos jours on y ajoute bracelets, chaînes, bagues, anneaux etc. “

 

c) Historique

 

En Occident, l’un des ancêtres les plus connus du coffre à bijoux n’est autre que la châsse, cercueil de pierre, de bois ou de métal dans lequel sont enfermés les restes d’un mort. Est-il vraiment nécessaire d’en dissocier doctement les usages, sacrés ou profanes, quand on sait à quel point émeraudes, diamants, rubis et autres saphirs font aujourd’hui encore l’objet d’une fascination qui frise parfois la dévotion ?”

“Au tournant des XIIIe et XIVe siècles, leurs tailles diminuent, permettant au passage de les revêtir de matières précieuses, qu’il s’agisse de tissus, d’émaux ou de pierres. Visuellement, toutes ces boîtes perdirent leur aspect de coffre et de cercueil pour endosser la forme de petits monuments évoquant des chapelles ou des églises. À cette époque également, la fonte vient se marier au métal repoussé, embouti ou estompé”. Ensuite, la boîte à bijoux est devenue moins aristocratique.

 

d)  Popularisation

 

Privilèges des aristocrates à ces débuts et durant des centaines années, la popularisation des boîtes à bijoux ne commence qu’au début du 19e siècle suite à l’industrialisation de nombreux processus de fabrication qui deviennent des manufactures et évidemment à la production à la chaîne. Ainsi, plus de familles plus modestes peuvent s’offrir des boîtes à bijoux pour conserver de façon plus pérenne des bijoux et autres biens précieux transmis par les parents, grands-parents, arrières grands-parents ou de tout autre membre de la famille.

Toutefois, certains objets hérités d’un lointain passé pas toujours avouable sont désapprouvés aujourd’hui ; citons les bijoux en ivoire notamment. On peut souligner également qu’il existe aujourd’hui des boîtes à bijoux simples sans compartiment et d’autres boîtes à bijoux aux très nombreux compartiments évidemment les prix varient très fortement. Il existe également des boîtes à bijoux musicales. Aujourd’hui, nous trouvons des boîtes à musique à tous les prix, des boîtes à musique qui sont devenues des gadgets que beaucoup de monde connaît. Les boîtes à musique étaient le seul instrument qui permettait d’écouter une mélodie si on n’était pas musicien ! La boîte à musique a connu son heure de gloire au début du 19e siècle.

e) Grand choix

 

Du simple bois recouvert de velours, très prisé des Américains, au bronze doré et marqueterie laquée fortement appréciée sous Napoléon III, en passant par des versions ésotériques en zinc et écailles de tortue, que de voies auront été explorées ! Sous le second Empire par exemple, on s’ingénie à diminuer la taille de ces écrins, tout en les décorant de façon extravagante à base de feuilles d’or et d’ivoire. En comparaison, les coffres à bijoux américains de la fin du XIXe siècle semblent plus austères, et les boîtes anglaises de l’époque victorienne volontiers plus volumineuses et capitonnées à l’intérieur. Ornées de motifs à bords droits géométriques, elles peuvent ne comporter parfois, en guise de grain de folie, qu’une simple cartouche gravée. Autre époque reine pour les boîtes à bijoux, à l’aube de l’émancipation de la femme, l’art nouveau et ses formes « coups de fouet ».

 

 

f ) Rares et précieuses

 

En régule, cuivre, or, voire argent, les coffres de ces années sont souvent agrémentés de soie ou de satin. Parce que la facture en est délicate et les matières fragiles, les écrins dans leur état originel sont quasiment introuvables. Il y en eut pourtant beaucoup, après leur vive popularisation au tournant des années 1900. Mais dès les mois qui suivirent l’année 1918, elles disparurent purement et simplement des catalogues des fabricants pour laisser place aux boîtes en simili ivoire et Celluloïd, la fameuse ivoirine que les Anglais appellent le «French Ivory». De la limitation des matériaux et des changements de codes entraînés par la lame de fond art déco résulta une simplification à l’extrême de l’ornementation. Manque d’imagination ou paranoïa généralisée, les boîtes à bijoux du XXe siècle semblent avoir été supplantées par les coffres des banques. Inutile de prendre tant de précautions, car les plus hardis vous diront qu’aucun secret n’est inviolable… *

 

Boîte à bijoux: cadeau d’anniversaire pour un anniversaire spécial unique, idées cadeaux anniversaires,  

pour un anniversaire dont la date est un chiffre inoubliable quoi de plus fabuleux !

cadeaux d’anniversaire pour personnaliser, Cadeaux à offrir à qui vous voulez !

 

Bibliographie

Coffrets et boîtes à bijoux: la gazette Drouot, Publié le 27 mai 2011, par Dimitri Joannides

https://www.gazette-drouot.com/article/coffrets-et-boites-a-bijoux/6377

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.